Free cash flow : définition, calcul et utilité

Le free cash flow est une donnée scrutée de près par les investisseurs, tant pour estimer la viabilité financière de votre entreprise que pour la comparer à ses concurrents ou encore pour en calculer la valorisation. Par conséquent vous avez tout intérêt à savoir ce qu’est un free cash flow et à pouvoir calculer les free cash flows prévisionnels de votre entreprise.

Vous avez du mal à faire vos prévisions financières ? Pas de panique, utilisez nos modèles Excel préconstruits de prévisions financières. Vous n’aurez besoin d’aucune notion financière et vous serez certain de réussir vos prévisions sans erreur et en moins d’une heure !

Le free cash flow : définition

Le free cash flow est le flux de trésorerie généré par votre entreprise sur une période donnée et disponible pour ses actionnaires et autres investisseurs une fois toutes les dépenses payées. C’est ainsi le flux de trésorerie qu’il reste une fois toutes les charges payées, mais aussi les impôts et les investissements. C’est donc parce qu’il correspond à la richesse “cash” créée par l’entreprise et qui reste à ses investisseurs en fin d’année qu’il est particulièrement étudié par ces derniers ; ce free cash flow est en quelque sorte l’élément clé de leur retour sur investissement année après année. Le free cash flow est donc en premier lieu une mesure de rentabilité pour une entreprise. Ainsi une entreprise qui génère un free cash flow positif est une entreprise qui gagne annuellement suffisamment d’argent pour couvrir la totalité de ses coûts, payer ses employés, s’acquitter de ses impôts, faire des investissements (c’est-à-dire acheter le matériel et les outils de travail nécessaires à son activité) et qui une fois toutes ces dépenses payées a généré un flux de trésorerie tellement élevé qu’il en reste encore une part pour ses actionnaires et investisseurs.

définition free cash flow

C’est donc en premier lieu le free cash flow que l’on va analyser pour décider si oui ou non la société peut verser des dividendes à ses actionnaires et pour quel montant. En effet si une société décide de verser des dividendes alors qu’elle ne génère pas un flux de trésorerie suffisant c’est qu’elle devra puiser dans ses économies pour le faire, ce qui n’est jamais une bonne décision.
En outre le free cash flow se distingue du résultat net de l’entreprise parce qu’il est une mesure de trésorerie et non de bénéfice comptable. Ainsi nous ne prenons en compte dans le calcul de free cash flow que les dépenses déjà payées par l’entreprise et que les revenus déjà encaissés. Nous ignorons la partie du chiffre d’affaires qui a déjà été enregistrée comptablement mais dont le paiement n’a pas encore été encaissé et il en va de même pour les coûts enregistrés par votre comptable mais que vous n’avez pas encore payés. Enfin nous incluons dans le free cash flow les décaissements liés à des investissements de long terme de votre entreprise (matériel, immobilier, etc…) tandis que ces dépenses n’apparaissent pas au compte de résultat et ne sont donc pas prise en compte dans le résultat net annuel (elles apparaissent cependant au bilan). Le free cash flow est donc une mesure très “cash” dans le sens où il ne prend en compte que les décaissements et encaissements effectués sur l’année par votre entreprise.

Nos conseils : gardez toujours une idée de vos free cash flows prévisionnels sur plusieurs années à venir. Encore mieux : fixez vous un objectif de free cash flow à atteindre. En effet, l’argent ne tombe malheureusement pas du ciel. Par conséquent si vous enregistrez trop de free cash flows négatifs consécutivement votre entreprise risque de manquer de trésorerie très rapidement. Et vous n’aurez alors plus que deux solutions pour trouver de “l’argent frais” : emprunter ou faire une augmentation de capital. Or ces solutions ne sont que provisoires, surtout dans le cas d’un emprunt qu’il faudra bien finir par rembourser. Il faudra donc tôt ou tard générer un free cash flow positif. Le free cash flow est une mesure trop souvent ignorée par les entrepreneurs alors que c’est finalement le nerf de la guerre et qu’elle devrait faire l’objet d’une attention de tous les instants !

Le free cash flow : calcul et formules

le calcul du free cash flow

Comme indiqué précédemment le free cash flow est une mesure de trésorerie. Il convient donc de faire quelques ajustements au résultats comptables de l’entreprise pour aboutir au bon montant, et en particulier de corriger tous les revenus ou les coûts qui n’affectent pas la trésorerie. Plusieurs point de départs peuvent être utilisés, mais les deux principaux sont soit le résultat net soit l’excédent brut d’exploitation (EBE) :

Free Cash Flow = Résultat net + Amortissements et dépréciations – Variation de BFR – Investissements nets

En partant de l’EBE la formule du free cash flow est la suivante :

Free cash flow = EBE – Impôts – Variation du BFR – Investissements nets

Pour mieux illustrer les formules voici un exemple :
Sur l’année 2018 une pizzeria enregistre un résultat net de 50 000 € et un EBE de 63 000 €. Sur cette même année ses amortissements s’élèvent à 5 000€, son BFR a augmenté de 3 000 € et le gérant a acheté un nouveau four pour une valeur de 10 000 € tout en revendant l’ancien au prix de 4 000 €. Les impôts ont quant à eux atteint la somme de 8 000 €. Le calcul du free cash flow en partant du résultat net est le suivant :

50 000 + 5 000 – 3 000 – 10 000 + 4 000 = 46 000 €

Et en partant de l’EBE :

63 000 – 3 000 – 10 000 + 4 000 – 8 000 = 46 000 €

Dans cet exemple la boulangerie aura donc dégagé un excédent de trésorerie de 46 000 € en fin d’année qu’elle pourra soit conserver en banque, soit utiliser pour rémunérer ses investisseurs et actionnaires : remboursement de ses emprunts, distribution de dividendes, etc…

Les erreurs à éviter : N’oubliez pas de retirer l’augmentation de votre BFR (et non pas votre BFR lui même). Ainsi si à la fin de l’année 2017 vos créances clients s’élèvent à 10 000 €, vos dettes fournisseurs à 6 000 € et votre stock à 5 000 € et qu’à la fin 2018 vos créances clients atteignent 18 000 €, 11 000 € pour vos dettes fournisseurs et 7 000 € pour votre stock, dans ce cas votre variation de BFR est de : (6 000 – 10 000 – 5 000) – (11 000 – 18 000 – 7 000) = 5 000 €.
Vos investissements sont quant à eux à comptabiliser nets, c’est à dire vos achats de matériel moins les cessions de matériel si vendez certains de vos actifs.

L’utilité du free cash flow

Mieux piloter son entreprise

Connaître le free cash flow, prévisionnel ou réalisé, de son entreprise présente de multiples intérêts pour un entrepreneur. Tout d’abord il permet de savoir exactement sur quels leviers jouer pour permettre à son entreprise de générer plus d’argent. Dans ce cas nous pensons évidement à vendre plus ou diminuer ses coûts, mais il y a pourtant de nombreuses autres solutions pour y parvenir. Vous pouvez par exemple négocier avec vos fournisseurs de les payer après un délai plus long, ou au contraire essayer de diminuer les délais auxquels vos clients vous payent. Vous pouvez aussi tenter de diminuer vos stocks afin de fonctionner en flux tendus. Ces trois possibilités toutes simples amélioreront votre BFR, et par conséquent vous permettront de dégager un free cash flow plus élevé pour rémunérer vos investisseurs et vous même ou pour augmenter la trésorerie de votre entreprise. Vous pouvez aussi mieux réfléchir à votre politique d’investissements : essayez de vendre systématiquement les actifs que vous n’utilisez plus. Ou alors souscrire à des contrats de leasing pour certains de vos actifs plutôt que d’acheter directement le matériel. Dans ce cas vous jouerez sur l’effet “Investissements nets” pour optimiser vos flux de trésorerie. N’hésitez pas à faire des essais et à réfléchir aux conséquences de chaque décision pour savoir laquelle est la plus intéressante pour votre entreprise.

Evaluer et comparer les entreprises

Le free cash flow est aussi un moyen pour un potentiel investisseur de comparer différentes entreprises. Si celles-ci présentent chacune des profils intéressants, alors mieux vaut pour lui de choisir celle qui dégage le free cash flow le plus élevé. D’abord parce que c’est celle qui a terme aura le plus de chance de réussir, mais aussi parce que c’est celle qui pourra potentiellement le rémunérer au mieux, notamment via des dividendes. En outre les investisseurs peuvent utiliser le free cash flow pour calculer différents ratios, et notamment :

  • Free cash flow / Dettes : mesure qui indique en combien d’année de free cash flow une entreprise peut rembourser la totalité de ses dettes. Plus le ratio est bas, mieux c’est : cela veut dire que l’entreprise est peu endettée.
  • Free cash flow / Chiffre d’affaires : ce ratio montre la capacité d’une entreprise à convertir son chiffre d’affaires “comptable” en trésorerie bien réelle à la fin de l’année. Plus il est élevé mieux c’est : cela veut dire que l’entreprise a des marges élevées et qu’elle est capable de transformer efficacement ses revenus en trésorerie pour rémunérer ses investisseurs.

Valoriser une entreprise

Enfin, le free cash flow est un outil indispensable pour calculer la valorisation de votre entreprise. En effet, c’est la donnée fondamentale qui est utilisée dans la méthode très répandue des Discounted Cash Flow (ou DCF pour les habitués). Cela consiste à calculer les free cash flows prévisionnels d’une entreprise sur plusieurs années, de les actualiser au taux souhaité puis de les sommer. La valeur ainsi obtenue est la valorisation de l’entreprise.
Comme vous pouvez le constater le free cash flow est donc une mesure clé pour tout entrepreneur afin de mieux piloter son projet et présenter celui-ci sous le profil le plus avantageux à ses potentiels investisseurs. Soyez donc certain d’être à l’aise avec cette notion pour maximiser vos chances de convaincre vos interlocuteurs et optimiser la création de richesse de votre entreprise.

Vous avez du mal à faire vos prévisions financières ? Pas de panique, utilisez nos modèles Excel préconstruits de prévisions financières. Vous n’aurez besoin d’aucune notion financière et vous serez certain de réussir vos prévisions sans erreur et en moins d’une heure !

Notre article vous à plu ? Rendez-vous ICI pour découvrir tous nos outils clé en main qui vous faciliteront la vie dans la rédaction de votre business plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *