Capitaux propres (ou fonds propres) : définition et utilité

Les capitaux propres sont une ligne du bilan particulièrement scrutée par les investisseurs car elle permet de juger de la santée financière d’une société, de sa capacité d’endettement et de sa capacité à rémunérer ses actionnaires.

Vous avez du mal à faire votre business plan ? Pas de panique, utilisez nos modèles Excel préconstruits de prévisions financières. Vous n’aurez besoin d’aucune notion financière et vous serez certain de réussir vos prévisions sans erreur et en moins d’une heure !

Capitaux propres : définition et calcul

Les fondamentaux

capitaux propres et fonds propres

Les capitaux propres, aussi appelés fonds propres ou equity en anglais, sont une sous-partie du passif du bilan comptable. Pour rappel un bilan comptable se présente ainsi :

ACTIF PASSIF
Actifs immobilisés Capitaux propres
Vos actifs de long-terme (immobilier, machines, véhicules, brevets, etc…) Capital social, réserves, repport à nouveau et bénéfices.
Actifs circulants Dettes
Vos actifs d’une durée de vie ou mobilisables en moins d’un an (créances clients, trésorerie, stocks, …). Toutes vos dettes, bancaires ou opérationnelles (c’est-à-dire vos dettes vis-à-vis des impôts, de vos salariés ou de vos fournisseurs).

Comme ils se trouvent au passif du bilan, les capitaux propres représentent une ressource pour l’entreprise, l’actif quant à lui représente les emplois. Ainsi, si les dettes sont les ressources venant d’emprunts, les capitaux propres sont pour leur part des ressources venant soit des associés soit de l’entreprise elle même via ses bénéfices. Les capitaux propres sont donc :

Capitaux propres = Capital social + Réserves + Repport à nouveau + Bénéfices ou pertes

  • Capital social : c’est le montant de capital injecté dans la société par ses actionnaires, soit à la création, soit lors de levées de fonds ultérieures. Il peut être injecté soit sous la forme de liquidité (apport de capital en numéraire), soit sous la forme d’actifs tel que du matériel ou des biens immobiliers (apport de capital en nature).
  • Réserves : c’est une part des bénéfices passés de la société qui n’ont pas été distribués en dividendes. La législation ou les statuts d’une entreprise peuvent en effet lui imposer de conserver ses bénéfices jusqu’à atteindre une certaine somme avant de pouvoir distribuer en dividende les futures bénéfices.
  • Repport à nouveau : c’est la partie des bénéfices non-disribués en dividendes ou des pertes passées de la société qui ont été conservés et qui ne s’accumulent pas à la réserve si cette dernière a déjà atteint le montant fixé par la loi ou par les statuts.
  • Bénéfices ou pertes : c’est le montant des bénéfices ou des pertes sur l’année en court.

Vous pouvez aussi calculer le montant de capitaux propres d’une société en partant du bilan : c’est le total des actifs auquel on soustrait le total des dettes.

L’évolution des fonds propres dans la vie d’une société

Les fonds propres ne restent jamais fixes : ils évoluent au fur et à mesure de la vie de l’entreprise. Si l’ont reprend la formule précédente (en vert) nous pouvons donc augmenter les fonds propres d’une société :

  • En procédant à une augmentation de capital (en numéraire ou en nature), ce qui permettra d’augmenter le capital social de l’entreprise et donc ses fonds propres.
  • En faisant des bénéfices. Ainsi les bénéfices de l’année en court viendront augmenter les capitaux propres directement. Si ce sont des bénéfices des années passées et non-distribués en dividendes ils augmenteront soit les réserves soit le repport à nouveau et donc les fonds propres.

Mais les capitaux propres peuvent aussi diminuer :

  • Si la société procède à une diminution de capital. C’est alors son capital social qui diminue, et par conséquent ses fonds propres. Une réduction de capital social peut se faire soit en diminuant la valeur nominale des actions, soit en diminuant le nombre d’actions soit si la société rachète ses propres actions à ses actionnaires.
  • Si la société enregistre des pertes. Sur l’année en court elles diminuent directement les capitaux propres, sur les années précédentes elles diminuent les réserves ou le repport à nouveau et donc mécaniquement les capitaux prores.

Attention : si les capitaux propres d’une entreprise diminuent au point d’être inférieurs à la moitié de son capital social (par exemple le capital social est de 10 000€ et les fonds propres de 4 000 € seulement à cause de pertes accumulées à hauteur de 6 000€) alors la société à 2 ans pour voir ses capitaux propres dépasser à nouveau la moitié de son capital social. Pour cela elle peut soit procéder à une augmentation de capital soit enregistrer suffisament de bénéfices pendant ce sursis de 2 ans pour être de nouveau conforme avec la loi.

Nos conseils : essayez de connaître les bases du calcul des fonds propres et savoir ce qu’ils représentent. En effet, trop d’entrepreneurs ne sont pas du tout au fait de ces problématiques ce qui peut affecter négativement l’image qu’ils renvoient à de potentiels investisseurs ou à leur banquier. Personne ne vous demande d’être spécialiste en comptabilité, moi-même je ne le suis pas et je ne connais aucun autre analyste financier en fond d’investissement qui le soit. Mais étant donné que c’est un aspect important de la vie d’une entreprise, montrez simplement que vous maitrisez les fondamentaux.

Capitaux propres : quelle utilité et importance ?

Les fonds d’investissements et banques analysent systématiquement les fonds propres d’une société lorsque celle-ci cherche des fonds, un emprunt, ou même un partenariat quelconque. En effet, comme nous l’avons vu au début de cet article les fonds propres indiquent les ressources financières de la société en dehors de ses dettes. Des fonds propres élevés montrent donc soit que la société bénéficie du soutien de ses actionnaires qui y ont injecté des sommes importantes, soit qu’elle a pu dégager des bénéfices dans le passé. Peu importe laquelle de ces deux raisons possibles est la bonne, c’est un signe positif dans tous les cas ! Au contraire, une société dont les fonds propres sont faibles renvoient une image d’entreprise fébrile, voire en difficulté.

Mais les fonds propres permettent aussi de juger rapidement du potentiel de croissance d’une entreprise. En effet, une société avec des fonds propres importants est synonyme de société avec des moyens financiers élevés, et par conséquent qui a les moyens de ses ambitions : elle a les capacités d’investir dans du matériel, de la recherche, de la communication, etc… Au contraire, il est rare de voir une société avec des fonds propres très bas croitre rapidement, car elle n’aura pas forcément l’argent nécessaire pour financer sa croissance. D’où l’intérêt de procéder à une levée de fond : augmenter le capital social de l’entreprise, donc les fonds propres, et financer le développement de la société avec cet argent frais.

Enfin, et de manière plus pragmatique, les fonds propres permettent de calculer différents ratios particulièrement scrutés par les banquiers, surtout lors d’une demande d’emprunt :

  • Gearing = dette nette / capitaux propres. Par dette nette on entend le total des dettes financières, donc non-opérationnelles de la société (on exclut donc les dettes fournisseurs, fiscales, sociales, etc… pour ne garder que les emprunts bancaires) moins la trésorerie de l’entreprise. Généralement le gearing ne doit pas dépasser 1, c’est-à-dire que la dette nette d’une société ne doit pas être plus élevée que ses capitaux propres. Bien sûr il existe des exceptions, et vous pouvez faire une entorse à cette règle dans certains cas. Mais les banquiers n’aiment généralement pas dépasser cette limite, et vous risquez alors d’avoir du mal à trouver une banque qui acceptera de vous faire un prêt à un taux raisonnable.
  • Ratio de fonds propres = fonds propres / actifs totaux. Ce ratio indique en pourcentage la part des actifs de l’entreprise financés par les fonds propres. Plus il est élevé mieux c’est : cela veut dire que l’entreprise a eu besoin de peu de dettes pour se financer.
  • Rentabilité financière = bénéfices / fonds propres. Ce ratio indique la rentabilité annuelle des fonds propres de la société. Ainsi une société qui a des fonds propres à hauteur de 1 000€ et qui en 2018 enregistre un bénéfice de 50€ affichent une rentabilité de ses fonds propres de 5%. Cela donne une vague idée du retour sur investissement que peut espérer un actionnaire de la société : plus il est élevé mieux c’est.

Nos conseils : si vous comptez préparer une levée de fond ou si vous êtes à la recherche d’un emprunt bancaire essayez avant tout de calculer les ratios ci-dessus : ils vous donneront une indication de ce que banquiers et investisseurs pourraient penser de la santé financière de votre entreprise, et par conséquent des difficultés auxquelles vous pourrez être confronté. Ainsi si votre gearing est déjà largement supérieur à 1 soyez prêt à affronter quelques refus de banques pour souscrire à un nouvel emprunt, et préparez donc un argumentaire bien organisé pour soutenir votre cause. Au contraire si votre gearing est largement inférieur à 1 mettez l’accent sur ce ratio lors de vos entrevues avec votre banquier afin de lui montrer que votre société bénéficie encore d’une bonne capacité d’endettement.

Vous avez du mal à faire votre business plan ? Pas de panique, utilisez nos modèles Excel préconstruits de prévisions financières. Vous n’aurez besoin d’aucune notion financière et vous serez certain de réussir vos prévisions sans erreur et en moins d’une heure !

Notre article vous à plu ? Rendez-vous ICI pour découvrir tous nos outils clé en main qui vous faciliteront la vie dans la rédaction de votre business plan.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *